Chronique d'une mort annoncée

par

Résumé

Le titre de l’œuvre annonce le caractère inéluctable de l’assassinat de Santiago Nasar. Gabriel Garcia Marquez prend soin de le confirmer dès la première phrase : « Le jour où il allait être abattu, Santiago Nasar s’était levé à cinq heures et demie du matin. » Dans la structure même de la nouvelle, les éléments semblent trouver leur place logiquement comme si la chronologie ne pouvait que guider vers une fin tragique. 

Inscrivez-vous pour continuer à lire Résumé >

Dissertation à propos de Chronique d'une mort annoncée