Electre

par

Les Euménides: les petites mains de la justice divine

Les Euménides sont trois divinités qui apparaissent dès le début de la pièce sous la forme de trois petites filles. Elles vieillissent plus vite que les humains pour passer de petites filles au début de la pièce à jeunes femmes du même âge qu'Électre à la fin.

         Les Euménides rodent autour des personnages tout au long de la pièce telle la voix de la conscience de chacun. Elles tentent d'avertir Oreste du danger qu'il encourt à suivre la voie tracée par sa sœur : « Tu as raison. C’est magnifique, l’amour, Oreste ! On ne se quitte jamais, paraît-il. On ne s’est pas plutôt séparé, paraît-il, qu’on revient en courant, qu’on s’agrippe par les mains. Où qu’on aille, on se retrouve aussitôt face à face. La terre est ronde pour ceux qui s’aiment. Déjà je me heurte partout contre celui que j’aime, et il n’existe pas encore. Voilà ce qu’Électre veut te ravir, et à nous aussi, avec sa vérité. Nous voulons aimer. Fuis Électre » (acte II, scène III). Elles savent qu'Oreste va renoncer à son bon cœur en suivant Électre.

         À la fin de la pièce, les Euménides dénoncent les actes d'une Électre animée par l'orgueil et dont...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Les Euménides: les petites mains de la justice divine >

Dissertation à propos de Electre