La Comédie humaine

par

Esther Gobseck

Esther Gobseck est l’héroïne principale du roman Splendeurs et misères courtisanes. Elle est la fille d’une prostituée, Sara Gobseck et, influencée négativement par sa mère, Esther devient elle-même une prostituée à l’âge de 16 ans. À cause de son caractère matérialiste et de la ruse dont elle use pour piller les richesses de ses amants, Esther s’est fait donner le nom de « la Torpille ». Tout au long de la fresque, Balzac fait grandir le personnage d’Esther et on remarque comment, par ses multiples apparitions dans d’autres romans du même cycle, Esther se développe peu à peu en la personne qu’elle finira par devenir. Le roman Gobseck est celui dans lequel Esther fait sont entrée dans le monde de la prostitution. Dans Illusions perdues, elle devient la coquette de Monsieur Le Comte des Lupeaulx, et dans Une Fille d’Ève, Esther se lie d’amitié avec une autre prostituée, Florine. Lorsqu’elle est introduite dans le roman Splendeurs et misères courtisanes, Esther est déjà dotée de toute l’expérience nécessaire pour arnaquer ses clients. Elle ruine le baron de Nucingen et se sert de cet argent pour aider son véritable amant, Lucien de Rubempré, qui lui-même a planifié d’en épouser une autre. Esther meurt dans la misère, ignorante du fait qu’elle était l’héritière légitime de la fortune de son oncle Gobseck. Elle se fera enterrer aux côtés de son amant, Lucien Rubempré.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Esther Gobseck >

Dissertation à propos de La Comédie humaine