La Comédie humaine

par

Les études de mœurs

Dans cette partie, Balzac raconte d’une manière générale les histoires de la société. C’est la section la plus volumineuse et la plus développée du cycle. Les « Études de mœurs » à leur tour sont subdivisées en six autres classes appelées « scènes », selon l’environnement dans lequel ces « scènes » se déroulent, ou selon qu’elles touchent un aspect spécifique qui a sollicité l’intérêt de l’auteur :

Scènes de la vie privée (32 œuvres) ;

Scènes de la vie de province, (18 œuvres) ;

Scènes de la vie parisienne (21 œuvres) ;

Scènes de la vie politique (7 œuvres) ;

Scènes de la vie militaire (24 œuvres) ;

Scènes de la vie de campagne (4 œuvres).

Cette seconde classification permet à Balzac de travailler avec précision : de cette manière, il peut facilement décortiquer les problèmes cruciaux qui affectent chaque groupe social qu’il mentionne dans son œuvre. Remarquons également que chaque sous-catégorie est un amalgame de romans, essais ou nouvelles.

Dans les « Scènes de la vie Privée », Balzac décrit les premières années de la vie de l’Homme : sa croissance, sa maturation, son entrée dans la jeunesse, l’adolescence et tous les élans de folie qui caractérisent ces périodes, jusqu’aux premiers contacts avec l’une des épreuves les plus dures de la vie. L’œuvre la plus connue de cette section est Le Père Goriot.

Dans les « Scènes de la vie de Province », les œuvres les plus connues sont Le Lys dans la vallée et Eugénie Grandet. Ici, Balzac effectue une sorte de transition avec la première catégorie (« Scènes de la vie privée ») en démontrant que les héros ont grandi et s’intéressent maintenant à des problèmes beaucoup plus sérieux.

Les « Scènes de la vie parisienne » traitent plus profondément des problèmes mentionnés dans les « Scènes de la vie de province ». Les œuvres les plus notables sont La Cousine Bette et Le Cousin Pons.

Les « Scènes de la vie politique » quant à elle traitent, comme leur nom l’indique, des problèmes associés à la vie politique. Les romans les plus notables sont Z. Marcas et Le Député d’Arcis.

Les « Scènes de la vie militaire » parlent des guerres. Ici, l’auteur établit une corrélation évidente avec les « Scènes de la vie politique » : pour lui, la guerre est la conséquence directe des problèmes politiques. Le roman le plus connu dans cette catégorie est Les Chouans.

Enfin, les « Scènes de la vie de campagne » démontrent la maturité acquise par l’homme soumis à la dureté de la vie. Le Curé du village et Les Paysans en sont les romans les plus populaires.

Après les « Études des Mœurs », prennent place :Les études philosophiques

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Les études de mœurs >