La Comédie humaine

par

Les études philosophiques

Dans cette rubrique, Balzac met en exergue ce qu’il appelle les « ravages de la pensée », qui ne sont autres que des conséquences du style de vie que chaque homme décide de mener. Balzac montre premièrement que les pensées de l’homme gouvernent ses actions, et deuxièmement, que le type de pensées émises par l’esprit détermine le futur. La Peau de Chagrin nous en donne un exemple concret, avec l’histoire du jeune aristocrate Raphaël de Valentin.

Ayant perdu tout ce qu’il possédait à cause de sa vie de débauche et de son addiction aux jeux de hasard, Raphaël est sur le point de se suicider. Cependant, il revient sur cette décision lorsqu’il tombe par hasard sur un talisman magique dans la boutique d’un vieil apothicaire : il s’agit d’une « peau de chagrin ». Raphael la désire, car elle lui permettrait de s’enrichir et de satisfaire toutes ses passions. Cependant, il y a un piège : plus il fait de vœux, plus la surface de la peau diminue, et moins il a de temps à vivre. Soumis au choix entre passions et longévité, Raphaël choisit ses passions et décide de mener sa vie. Il rencontre amour, richesses et succès, et entreprend même d’accomplir l’un de ses rêves les plus chers. Mais il est beaucoup trop tard lorsqu’il réalise que la peau de chagrin a énormément rétréci, et il ne lui reste plus longtemps à vivre. Foudroyé de désolation par son choix, il se lamente de n’être plus en mesure de pouvoir réaliser la seule chose que son cœur désire vraiment : vivre. Au travers de cette œuvre, Balzac nous prouve que la satisfaction de tous les désirs de notre cœur n’est pas toujours une garantie du bonheur éternel auquel la plupart des hommes aspirent.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Les études philosophiques >

Dissertation à propos de La Comédie humaine