La Nuit de Valognes

par

Éric-Emmanuel Schmitt

Éric-Emmanuel Schmitt est un écrivain d’origine française – naturalisé belge en 2008 – né en 1960 à Sainte-Foy-lès-Lyon près de Lyon d’un couple de professeurs d’éducation physique. Dans sa jeunesse, une représentation de Cyrano de Bergerac le marque et dès seize ans, il pense à devenir écrivain. Au lycée déjà, il met en scène et joue des pièces de théâtre. Il fait ses classes préparatoires au lycée du Parc à Lyon puis intègre l’École normale supérieure. Il réussit l’agrégation de philosophie puis soutient une thèse de doctorat en 1987, Diderot et la métaphysique, publiée en 1997 sous le titre Diderot ou la philosophie de la séduction. Il devient ensuite enseignant avant de connaître une carrière de dramaturge.

Il est révélé en France en 1991 avec sa première pièce, La Nuit de Valognes, réécriture du mythe de Don Juan. Le cadre en est le château de Valognes, dans la campagne normande, où cinq femmes séduites puis abandonnées par le célèbre séducteur se sont réunies. Elles comptent instruire son procès avant de le pousser à épouser Angélique de Chiffreville, la dernière demoiselle qu’il a charmée. Alors que chacune cherche à se faire remarquer de lui, bien qu’elles s’étaient promises de rester insensibles, à leur grande surprise, Don Juan ne se défend pas et accepte le mariage. Le personnage mythique apparaît ici comme un homme ayant peu compris la sexualité qui constitue pourtant l’angle par lequel il aborde la vie, ayant des penchants homosexuels et désireux que quelqu'un arrête enfin sa quête éperdue de désir.

Autre pièce très connue d’Éric-Emmanuel Schmitt, Le Visiteur paraît en 1993. L’action se situe cette fois à Vienne, peu après l’Anschluss, où Freud reçoit un visiteur étrange, vêtu tel un dandy. La pièce met dès lors en scène un face-à-face entre le père de la psychanalyse, porte-parole de la science positive, athée, et un personnage qui semble être Dieu. Une intrigue parallèle concernant la fille de Freud, sous la menace des nazis, vient faire chavirer, au contact du danger, les certitudes de cette figure de démystificateur. Dès lors le propos du dramaturge prend la forme d’une tentative de théodicée, c'est-à-dire de justification de la bonté divine en dépit du mal existant dans le monde, à ceci près que Schmitt soulève des questions et des doutes plutôt qu’il n’apporte de réponses, comme il le fait toujours dans ses œuvres. La pièce est un triomphe et lui vaut trois Molières dont celui du meilleur auteur. Il quitte dès lors son poste de maître de conférence en philosophie à l’université de Savoie et se consacre à son œuvre.

En parallèle de sa carrière au théâtre, Éric-Emmanuel Schmitt est devenu romancier dès 1995 avec La Secte des égoïstes, mais il connaît le succès avec L’Évangile selon Pilate en 2000, qu’il adaptera ensuite au théâtre. L’écrivain prend pour matière les événements de la fin de la vie du...

Inscrivez-vous pour continuer à lire  >

Dissertation à propos de La Nuit de Valognes