On ne badine pas avec l'amour

par

Perdican

Fils du baron et cousin de Camille, Perdican revient, alors âgé de vingt-et-un ans, auprès de son père, après avoir fait ses études à Paris et être devenu docteur. Ses manières sont raffinées, son intelligence sans pareille et son éloquence indiscutable. On le dit « la bouche toute pleine de façons de parler si belles et si fleuries, qu’on ne sait que lui répondre les trois quarts du temps » (I, 1). Perdican est également décrit comme un personnage « gracieux », un véritable « livre d’or », un « diamant fin des pieds à la tête ».

         Outre son charme intellectuel, Perdican sait jouer de son physique avantageux auprès des femmes. Comme il le confesse à Camille, ce « jeune et galant seigneur » a eu des maîtresses à Paris, si nombreuses qu’il ne se souvient pas de leurs noms. Ce « Don Juan » de Musset est passé maître dans l’art de s’attirer les faveurs des femmes grâce à sa douceur et à la finesse de son langage : « De tout ce qui te plaira, de tout ce qui peut passer sur tes lèvres sans leur ôter ce sourire céleste que je respecte plus que ma vie » (II, 3).

         Perdican se plaît à faire croire qu’il lui est impossible de s’attacher à une seule femme mais il nous est aisé de nous rendre compte que ses sentiments pour Camille sont purs et véritables même si par dépit, il choisit de courtiser Rosette afin de provoquer la jalousie de l’être aimé. Car aussi grand que soit son amour pour Camille, son amour propre et son orgueil le sont plus encore. Aussi ne peut-il accepter qu’une femme ait une emprise sur lui ni qu’elle voie à quel point son comportement l’affecte : « Quel empire a donc pris sur moi cette singulière fille, pour que trois mots écrits sur cette adresse me fassent trembler la main » (III, 2). Son orgueil, blessé par l’indifférence de Camille, le jette dans les bras de la pauvre Rosette qui naïvement prendra au sérieux les déclarations de Perdican. La comédie tourne alors à la tragédie lorsque les masques orgueilleux des deux protagonistes tombent, provoquant de par leur chute la mort de l’innocente paysanne sur le point d’épouser Perdican.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Perdican >