Une saison blanche et sèche

par

Conclusion

À la parution du roman, en 1979, le lecteur nelisait pas une fiction, mais la dramatisation de la réalité. L’objectif du romann’était pas de témoigner a posteriori mais d’éveiller les consciences. Lelecteur d’aujourd’hui doit garder ce fait capital en mémoire quand il lit Unesaison blanche et sèche. En 1979, rien ne semblait devoir ébranler lerégime de Pretoria, qui était soutenu par la plupart des puissancesoccidentales, en particulier les États-Unis et le Royaume-Uni. Nelson Mandela,qui est devenu depuis une icône mondiale, allait passer encore quatorze ans enprison et en résidence surveillée ; Steve Biko, autre opposant au régime,était mort entre les mains de la police en 1977, dans une indifférence quasigénérale. C’est par la culture que la situation de l’Afrique du Sud, soumise aurégime discriminatoire de l’apartheid, était mise en lumière : par lecinéma, la musique et la littérature. Une saison blanche et sèche s’inscritdans ce mouvement culturel.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Conclusion >