Bel Ami

par

Rachel

Prostituée qui hante les lieux de plaisir des bourgeois qui s’encanaillent et des petits employés, elle est la première femme que le lecteur voit dans les bras de Georges Duroy. « Grosse brune à la chair blanchie par la pâte, à l’œil noir, allongé, souligné par le crayon, encadré par des sourcils énormes et factices », à la poitrine « trop forte », elle semble rien moins que séduisante. C’est pourtant la seule conquête que Duroy peut espérer au début du roman, et encore lui faut-il payer pour ses faveurs.

Sur un parcours balisé par les conquêtes féminines, Rachel est le point de départ, pratiquement ce qui se fait de plus bas sur l’échelle sociale. Le mariage de Duroy avec Suzanne Walter n’en apparaît que plus glorieux.

Quand Duroy passe à sa conquête suivante, en l’occurrence Clotilde de Marelles, il a tôt fait de rayer Rachel de ses fréquentations, et va jusqu’à ne pas la saluer, ce que la prostituée n’apprécie guère : elle poursuit l’homme, l’insulte, l’humilie ; il fuit lâchement, incapable de la faire taire. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Rachel >