La Bête Humaine

par

Flore

Fille aînée de Phasie, elle a pour sœurLouisette, qui fut victime des agissements de Grandmorin. C’est une« grande fille de dix-huit ans, blonde, forte, à la bouche épaisse, auxgrands yeux verdâtres, au front bas sous de lourds cheveux ». Cette forcede la nature est l’antithèse physique de Séverine. Elle est devenue une légendesur la ligne de l’ouest, célèbre pour son dévouement, sa force et sa mâleénergie, elle qui a presque assommé Ozil, l’aiguilleur, quand il a tenté de laprendre de force. Elle a remplacé sa mère comme garde-barrière à laCroix-de-Maufras. Amoureuse de Jacques depuis toujours, elle s’offre à lui et elleest décontenancée quand l’homme prend la fuite : comment imaginerait-ellequ’il s’enfuit afin de ne pas céder à ses instincts de meurtre ?

Quand elle comprend la liaison entre Jacqueset Séverine, tout son être saigne de souffrance. Mais cette amazone éprise deliberté est « jalouse, d’une énergie virile, d’une rancune débridée etmeurtrière. » Délibérément, elle obstrue la voie de chemin de fer avec lefardier du carrier Cabuche, afin que le train conduit par Jacques qui emmèneles amants vers le bonheur s’écrase sur les pierres et tue son amour et sarivale. Or, Jacques et Séverine survivent. En outre, Jacques a compris ce queFlore a fait : il la regarde comme on regarde un monstre. La jeune femmedécide de se donner la mort et marche au devant d’un rapide lancé à pleinevitesse qui lui brise le crâne.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Flore >