La Conquête de Plassans

par

Honoré Trouche

La face couturée, le cou maigre, la bouche vide de dents, il est l’époux de la sœur de l’abbé Faujas. Il débarque à Plassans malgré l’opposition de son beau-frère qui le méprise et ne peut le souffrir. L’abbé est contraint de placer cet encombrant personnage et lui offre de tenir les livres de l’œuvre de la Vierge. Le jour, Trouche affiche la mine tranquille d’un employé sans histoire, alors qu’il passe ses nuits à boire dans les cafés louches de Plassans. En outre, il regarde d’un œil luisant les fillettes qui jouent devant les fenêtres de son bureau, et offre des bonbons aux plus grandes, afin d’obtenir leurs faveurs. C’est un hypocrite, un noceur qui cache son jeu ; l’abbé Faujas s’en débarrasserait volontiers, mais il ne le peut : Trouche révélerait alors le passé trouble de ecclésiastique. Il œuvre dans l’ombre pour soutenir la campagne politique de l’abbé mais n’a qu’une ambition : manger la maison Mouret. Il parvient à son but : coucher dans le lit des maîtres du logis, mais il périt, ivre-mort, dans l’incendie final de la maison. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Honoré Trouche >