La Conquête de Plassans

par

Mme Faujas

La mère de l’abbé Faujas, femme d’environ soixante-cinq ans au « visage carré de paysanne » et à la tenue vestimentaire sommaire et rude, est une femme autoritaire qui n’a qu’un objet d’adoration : son fils. Elle se fait sa servante et le couve d’un air d’extase. Quand elle prépare le lit de sangles dans lequel son Ovide va dormir, alors qu’elle se contentera d’un grabat, elle le prépare avec dévotion : « Elle aurait eu à y coucher l’enfant Jésus qu’elle n’aurait pas tiré les draps avec plus de dévotion. ».

Pour son fils, elle ferait tout et elle lui obéit en tous points : elle extirpe d’abord des renseignements à Rose, dont elle devient la confidente ; elle passe des soirées à jouer au piquet avec Mouret, et permet à son fils de circonvenir Marthe ; elle va jusqu’à monter la garde devant la pièce où son fils et Marthe sont seuls, afin de préserver une éventuelle idylle. Elle prend une part active au pillage de la maison et à la lente conquête des lieux. En revanche, sa fibre maternelle ne vibre pas pour sa fille Olympe, qu’elle considère comme une moins que rien.

Lors de l’incendie final, elle meurt en tentant de sauver son fils, marchant pieds nus parmi les charbons ardents, faisant de son corps un rempart contre les flammes.

 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Mme Faujas >