Le Mur

par

Le thème de la folie

On retrouve ce thème dans La Chambre ainsi que dans Érostrate, dans une plus faible mesure dans Le Mur.

Pierre, le personnage dément de La chambre, présente une folie qui dégénère ; son état empire progressivement au cours de la nouvelle. La folie est l’élément principal de l’intrigue et définit les relations entre les personnages. Cette folie imprègne toute sa vie, mais aussi celle de son entourage et finit par déterminer son destin. Elle devient peu à peu omniprésente. C’est en raison de sa folie que ses beaux-parents, les Darbédat, désirent que leur fille Eve le quitte. La folie va le couper des autres, mais Eve va essayer de rester proche de lui, de le comprendre et de communiquer avec lui. Puis Eve essaie de devenir démente comme lui, pour entrer dans son univers elle feint d’être atteinte du même mal que lui, en vain. Elle est plus mythomane que folle, mais tente de se convaincre de sa folie : « Les normaux croient encore que je suis des leurs. Mais je ne pourrais pas rester une heure au milieu d'eux. J’ai besoin de vivre là-bas, de l’autre côté de ce mur. Mais là-bas, on ne veut pas de moi ».

Enfin, c’est à cause de la folie que Pierre devra être envoyé en institut psychiatrique suite à l’insistance de M. Darbédat, ce qu’Eve ne supporte pas. Elle préfère le tuer avant, ce qui représente un acte d’amour mais aussi un acte de folie – folie qu’elle aura finalement rejointe mais très différemment.

La démence est aussi le mal qui atteint Érostrate, qui est, comme Pierre, coupé du reste des humains, tant il les déteste et tant il se sent différent d’eux. Sa misanthropie, liée à son sentiment de défiance face à...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le thème de la folie >

Dissertation à propos de Le Mur