Madame Bovary

par

Emma Bovary

D’origine modeste, Emma Bovary, née Emma Rouault, a toujours eu un tempérament fantasque et rêveur. Envoyée très jeune dans un couvent, elle se coupe encore plus du monde et développe un monde imaginaire romantique peuplé de galants, de serments passionnés, nourrie par les lectures de romans qui sont sa seule source de distraction. Refusant le monde tel qu’il est, elle s’efforce de plier la réalité à son imaginaire et supporte mal la monotonie de sa vie. Elle se marie avec Charles Bovary et se lasse très vite de cette union qui ne donne pas lieu à l’excitation et à la romance qu’elle espère tant. Plutôt que de s’adapter à sa vie réelle, elle essaie de changer son quotidien pour le conformer à ses attentes. Toutes ses tentatives – redécorer la maison, se jeter dans la lecture, pratiquer toutes sortes d’activités – restent sans effet ; elle en ressort épuisée et malade.

Quand elle rencontre Léon elle plaque sur leur relation platonique et superficielle une profondeur imaginaire. Après le départ du jeune homme, elle ressent un manque, un sentiment d’inaccompli. Lorsque survient Rodolphe, elle est prête à franchir le pas et se donne à lui. Cette relation la comble tout d’abord, mais sa nature insatiable la pousse à vouloir plus, à rechercher toujours l’excitation et la passion. Rodolphe la quitte quand elle se montre trop insistante pour qu’ils fuient ensemble. Elle retrouve Léon et, bien qu’ils vivent une relation adultérine complète, elle se lasse très vite, retrouvant dans l’adultère tout la platitude du mariage.

Toute sa vie, elle tente d’échapper à sa condition de bourgeoise de la classe moyenne, poursuivant des chimères amoureuses et de faux espoirs. Malgré son échec, c’est le seul personnage qui possède cette volonté d’élévation, d’émancipation de sa condition. Ses idéaux sont futiles et superficiels, mais elle les sent supérieurs à son environnement. Elle y reste fidèle toute sa vie et malgré son infidélité à son mari, elle ne peut se résoudre à la prostitution pour se tirer de la situation financière désastreuse où ses achats compulsifs l’ont menée. Elle vit par ses rêves et meurt par eux. Après avoir revu Rodolphe, elle ressent une nouvelle trahison et envisage la mort comme le seul moyen de lui apporter la paix et le sentiment de complétude qu’elle a toujours recherché.

Emma mène son existence en essayant de la plier à ses rêves, et quand elle constate que son échec est inévitable est définitif, elle se donne la mort à cause d’eux, sans les trahir. Elle reste donc fidèle à ses idéaux d’une vie meilleure même dans la mort.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Emma Bovary >