Madame Bovary

par

Une critique du romantisme

« MadameBovary, c’est moi. » Cettephrase de Flaubert nous indiquequ’il s’est inspiré de sa propre vie, de sa propre personnalité pour créer lepersonnage d’Emma. En effet, il n’est pas difficile de faire le parallèle entrel’enfance de Flaubert etle ressenti d’Emma face à la vie qu’elle mène en province, mais lescomparaisons ne s’arrêtent pas là. Les travaux littéraires de jeunesse de Flaubert correspondent tout à fait auxclichés de la littérature romantique de l’époque. Ce sont ces mêmes travaux quiont poussé les amis de Flaubertà lui lancer un défi : celui d’écrire un livre simple. MadameBovary permet ainsi à Flaubert de faire preuve d’autodérision enreconnaissant que le romantisme n’est pas en accord avec la réalité.

    Ainsi,si Emma n’avait pas été si aveuglée par ses idéaux romantiques, elle aurait puse rendre compte que Charles l’aimait réellement et s’épanouir dans sa vieprovinciale sans se désintéresser de sa fille. Bien que le personnage deCharles soit continuellement tourné en dérision, son amour pour Emma est enréalité beaucoup plus proche de l’idéal romantique traditionnel, dans le sensoù il lui pardonne ses infidélités après sa mort et se ruine en lui offrant desfunérailles dignes d’une reine.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Une critique du romantisme >