Madame Bovary

par

Une Agonie Ultra Détaillée

    L’une des scènes les plus marquantes du roman est sans aucun doute la mort d’Emma. Son suicide à l’arsenic a énormément choqué le lectorat de l’époque. Les détails morbides fusent, mais fidèles à la portée réaliste de son œuvre, Flaubert évite les figures de style et s’en tient aux faits :

« Elle ne tarda pas à vomir du sang. Ses lèvres se serrèrent davantage. Elle avait les membres crispés, le corps couvert de taches brunes, et son pouls glissait sous les doigts comme un fil tendu, comme une corde de harpe près de se rompre.

    Puis elle se mettait à crier, horriblement. Elle maudissait le poison, l’invectivait, le suppliait de se hâter, et repoussait de ses bras roidis tout ce que Charles, plus agonisant qu’elle, s’efforçait de lui faire boire. »

Ce besoin de s’éloigner de la beauté romantique n’est pas sans rappeler un contemporain de Flaubert : Baudelaire, né lui aussi en 1821, fut condamné pour ses Fleurs du mal en 1857, tandis que Flaubert sortait indemne de son procès.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Une Agonie Ultra Détaillée >