Une vie

par

Présentation

Premier roman de Guy de Maupassant, Une vie, sous-titré L’humble vérité, est d'abord paru en feuilleton dans Gil Blas en 1883, avant d’être publié en librairie la même année. L’œuvre s’inscrit dans un genre réaliste dont le maître incontesté est, à l'époque, Gustave Flaubert, maître en littérature de Maupassant. Le sous-titre d’Une vie n'est d’ailleurs pas sans rappeler Un cœur simple, nouvelle écrite par Flaubert en 1877. Maupassant décrit d’une façon réaliste la vie de la protagoniste Jeanne, comme Flaubert décrivait celle de la servante Félicité. Il s’agit d’un roman d'éveil, puisqu'on y observe une jeune fille naïve et ignorante découvrir la réalité de la vie, en particulier les cruelles contraintes de la vie conjugale. Maupassant y peint des personnages, des milieux, des paysages, des lieux, avec le souci constant d'exprimer leur vérité.

Le récit, qui court pendant un quart de siècle de la Restauration (aux environs de 1829) jusqu’en 1853, conte la lente marche vers une vieillesse prématurée de Jeanne, jeune femme à la vie favorisée, jusqu’à ce qu'un mariage précipitamment décidé la plonge dans le malheur. À quelques pages près qui emmènent Jeanne à Marseille, en Corse et à Paris, l'action se déroule entièrement en Normandie, d’abord à Rouen puis près d'Yport, non loin d’Étretat. Cette région chère au cœur de Maupassant est le décor de nombre de ses œuvres.

Il sera question dans notre analyse du regard que Maupassant porte sur la religion catholique, puis de sa vision de la place de la femme dans l'institution du mariage, pour enfin aborder l’œuvre sous l’angle de son réalisme.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Présentation >

Dissertation à propos de Une vie