Claudine à l'école

par

Aimée Lanthenay

Cette institutrice, adjointe de Mlle Sergent, est d’origine modeste – son père était tailleur de pierres, sa mère la battait. Menue, elle est plus petite que Claudine qui la dépasse de presque une tête. Elle est charmante malgré sa « frimousse irrégulière », avec ses « yeux merveilleux couleur d’or jaune », son « teint délicat », « son corps souple [qui] cherche et appelle un bien-être inconnu ». Ce petit être sensuel et câlin aspire à de chaudes et tendres relations. Elle est d’abord attirée par Claudine, à qui elle donne des cours particuliers d’anglais : dans la chaleur du salon, elle laisse langoureusement passer les heures de leçon, laissant sa jeune élève poser sa tête sur ses genoux, jeune élève qui va jusqu’à l’appeler « chérie », ce qui est, de la part d’une élève, extrêmement étonnant.

Puis elle se laisse attirer par Mlle Sergent, dont elle devient la créature consentante. Elle a rendu sa directrice folle de désir, avec ses grâces caressantes de petit chat. Cette attirance pour les femmes ne l’empêche pas de faire du charme aux hommes, au point de séduire l’honnête sous-maître Armand Duplessis, avec qui elle va même se fiancer. Cependant, la fidélité n’est pas sa qualité première, puisqu’elle accepte, certes de mauvais gré mais elle est quand même consentante, de se prêter aux manœuvres de Mlle Sergent qui la jette dans les bras du conseiller cantonal Dutertre. C’est cet incident qui mène à la rupture de ses fiançailles avec Armand.

Elle n’en est guère troublée, puisqu’elle s’installe dans le rôle de favorite, se laissant gâter par Mlle Sergent, négligeant sa charge d’institutrice. Le bal de la fin du roman la voit tourner jusqu’à l’étourdissement dans les bras de beaux cavaliers, ravie qu’elle est de les séduire. Le scandale final lui fait quand même perdre ses moyens : elle fuit la salle de bal en pleurs.

Aimée est un comme un petit animal séduisant et câlin, soumis à la volonté de son maître, ou en l’occurrence de sa maîtresse. Elle ne décide rien : elle se laisse convaincre par Claudine de lui donner des leçons particulières, puis par Mlle Sergent d’abandonner ces mêmes leçons. Elle se laisse fiancer à Armand Duplessis sans guère montrer de passion, et obéit en tout à Mlle Sergent, même quand cette dernière lui fait jouer un rôle proche de la prostitution. Sa récompense est une vie de paresse et de caresses. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Aimée Lanthenay >