Claudine à l'école

par

Anaïs

La grande Anaïs, surnommée ainsi en raison de son physique longiligne, est la plus proche de Claudine. Douée d’une « prodigieuse mémoire » qui lui tient lieu d’intelligence, « froide, vicieuse et si impossible à émouvoir que jamais elle ne rougit », elle est aussi dotée d’une « véritable science du comique ». « Menteuse, filouteuse, flagorneuse, traîtresse », cette fille « longue comme une rame à pois » dévore les fournitures scolaires et entretient des relations peu platoniques avec les gars du village. Elle aime à voir la peine des autres, se réjouit quand Marie Belhomme échoue au brevet, arrose généreusement de cire fondue les camarades qui tentent de lire leur nom sur la liste des reçus à l’examen, et tourmente la timide Luce en guise de bienvenue. Elle ne craint qu’une personne : Claudine, qui lui allonge même une gifle sans qu’elle ose répliquer. Son teint jaune ne l’empêche pas d’être un personnage haut en couleur, d’une force comique étonnante. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Anaïs >