Métamorphoses

par

L’amour et la métamorphose

L’amourest souvent décrit comme étant la force motrice des transformations dans les Métamorphoses. La vision qu’a Ovide del’amour est bien différente de notre vision moderne. Ovide décrit l’amour commeétant une force puissante certes, mais dangereuse, déstabilisante etincontrôlable. Il est montré dans cette œuvre que l’amour peut avoir uneemprise sur tout le monde, qu’il s’agisse de mortels ou de dieux. Nul n’estimmunisé contre ses effets, ni capable de résister aux malheurs et à la misèrevers lesquels il nous conduit souvent. L’amour est plus puissant que la raisonou la morale, supplante dans l’esprit de la personne qui en est victime toutesles autres considérations. Même Pluton, dieu de la mort, est incapable d’yrésister.

Lestransformations dans les Métamorphosessont pour la plupart les effets d’un amour non réciproque. Lesditestransformations sont d’une grande variété. De la simple transformation physiquedu corps de la femme lors de la grossesse, du changement de rôles qui peutintervenir dans les relations amoureuses, à des transformations plusspectaculaires. Apollon prend l’apparence du bien-aimé de sa sœur pour laconquérir, Jupiter se transforme en taureau pour assouvir son désir. Lestransformations se manifestent encore chez les victimes de l’amour. Cespersonnages accablés par les avances insistantes de divinités rendues follespar le désir tendent à se transformer pour fuir ces attentions étouffantes.L’amour change donc toutes les personnes concernées.

« tels sont Apollon et Daphné, animés dans leur course rapide,l’un par l’espérance, et l’autre par la crainte. Le dieu paraît voler, soutenusur les ailes de l’Amour ; il poursuit la nymphe sans relâche ; il estdéjà prêt à la saisir ; déjà son haleine brûlante agite ses cheveuxflottants. Elle pâlit, épuisée par la rapidité d’une course aussi violente, etfixant les ondes du Pénée : S’il est vrai, dit-elle, que les fleuvesparticipent à la puissance des dieux, ô mon père, secourez-moi ! ô terre,ouvre-moi ton sein, ou détruis cette beauté qui me devient si funeste ! »

Bien queles quinze chants de l’œuvre semblent condamner les liaisons extramatrimoniales,les relations adultérines, incestueuses et contraires à la morale, ellessemblent également faire état de la futilité de résister au désir érotique.

Un autreaspect à noter des métamorphoses est la variété de leur nature. Certaines destransformations sont d’une grande simplicité psychologique ; c’est parexemple le cas lorsque Diane transforme le chasseur Actéon en cerf, ou lorsque Junontransforme Callisto sa rivale en ours. D’autres transformations semblents’inspirer du caractère de la personne transformée : Lycaon est transforméen loup en raison de sa nature sanguinaire. Dans ces cas, la métamorphosephysique semble ne faire rien de plus que de mettre à nu la nature réelle del’homme métamorphosé.

« Transporté de rage, et toujours affamé de meurtres, ilse jette avec furie sur les troupeaux ; il les déchire, et jouit encore dusang qu’il fait couler. Ses vêtements se convertissent en un poil hérissé ;ses bras deviennent des jambes : il est changé en loup, et il conservequelques restes de sa forme première : son poil est gris comme l’étaientses cheveux ; on remarque la même violence sur sa figure ; le mêmefeu brille dans ses yeux ; tout son corps offre l’image de son ancienneférocité. »

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur L’amour et la métamorphose >