Pour qui sonne le glas

par

Agustín

Le trait de son caractère qui saute aux yeux est sastupéfiante grossièreté de langage, que Hemingway édulcore grandement dans satranscription. Il semble qu’Agustín nepuisse produire une phrase sans traîner son interlocuteur, sa mère, son père,la Sainte Vierge et Jésus dans la boue la plus noire. Il s’emporte facilement,ne rêve que de massacrer des dizaines de fascistes. À ce titre, il estl’antithèse d’Anselmo.

C’est un pilier de la bande de guérilleros : soncourage est indiscutable, et il est intelligent. En outre, il éprouve uneaffection profonde et sincère pour Maria, qu’il respecte et n’importune jamais.Il incarne la noblesse de caractère espagnole, qui n’a pas besoin de titrespour exister. C’est pourquoi à la fin du roman Robert Jordan le considère commeson frère. Ultime marque de noblesse de caractère chez Agustín: il propose à Robert Jordan, grièvement blessé, del’achever. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Agustín >