Pour qui sonne le glas

par

Rafael le Gitan

Il « avait des yeux bleus dans un visage de gitan,sombre, nonchalant et beau, un visage couleur de cuir fumé. » Sans grandeconviction politique, il fait la révolution pour l’acte en lui-même, non pourla cause républicaine. Il ne respecte jamais la discipline : c’est parcequ’il a abandonné son poste de garde afin d’aller chasser le lièvre qu’uncavalier fasciste s’est avancé jusqu’au camp et que Robert Jordan a dû le tuer.Peu estimé des autres guérilleros, il ne brille pas par son courage.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Rafael le Gitan >