Pour qui sonne le glas

par

Ernest Hemingway et la guerre d'Espagne

De 1917 à la Deuxième Guerre mondiale, Ernest Hemingwayest allé là où était la guerre. La guerre d’Espagne n’a pas échappé à cetextraordinaire reporter. Elle opposa, de juillet 1936 à avril 1939, lesrépublicains loyaux au gouvernement de la IIe République d’une part, et d’autrepart les nationalistes, putschistes qui se révoltèrent contre le gouvernementlégal et, sous la direction du général Franco, renversèrent le gouvernementrépublicain. Franco devint chef de l’État en 1939 et établit en Espagne unedictature qui dura jusqu’à sa mort trente-six ans plus tard. Cette guerremarqua les esprits à plusieurs égards. Sur le plan matériel et tactique, ellevit la première utilisation massive de l’aviation, y compris dans le cadre debombardements de population civile, comme ce fut le cas à Guernica en 1937.Elle précisa aussi la carte politique de l’Europe divisée en deux camps, lesnationalistes étant soutenus par le régime nazi d’Hitler et le régime fascistede Mussolini, tandis que les républicains étaient soutenus par les démocratiesoccidentales et l’Union soviétique. On notera aussi que cette guerre fut vuepar certains comme un combat de la démocratie contre le totalitarisme, et qu’àce titre il était nécessaire de se rendre en Espagne afin de combattre auxcôtés des républicains. C’est ce qu’a fait Robert Jordan dans Pour qui sonnele glas. Le jeune professeur du Montana évolue dans la mouvance desBrigades internationales, composées de volontaires venus de cinquante-troispays différents afin de se battre contre le fascisme.

Ernest Hemingway a vécu une longue et belle histoired’amour avec l’Espagne, où il s’est rendu pour la première fois en 1923. Toutle fascine : la pauvreté misérable d’un peuple fier, une nature sauvage,des coutumes violentes qui font tutoyer la mort à celui qui les suit. En 1926,il publie Le Soleil se lève aussi, également intitulé Fiesta,dont une grande partie de l’action se déroule pendant la feria de Pampelune. En 1932, Hemingway publie Mortdans l’après-midi, dont les quelque cinq cents pages sont consacrées à lacourse de taureaux, cérémonie sanglante que l’écrivain américain célèbre toutau long du livre. Il n’est donc pas étonnant de retrouver Ernest Hemingway dansson rôle de journaliste en Espagne, aux côtés des républicains qu’il soutientsans ambiguïté. Il y écrit des chroniques, des articles, et y recueille lamatière qui alimentera Pour qui sonne le glas.

L’action du roman se situe lors des prémices del’offensive républicaine de Ségovie, au printemps 1937, qui se solda par unéchec. Hemingway offre au lecteur un reportage extraordinaire par le biais deson roman : il montre la guerre dans ce qu’elle a de plus humble, unegrotte de partizans, et ce qu’elle a de plus sauvage : Pablo faitlyncher les notables fascistes de sa petite ville, les phalangistesnationalistes violent Maria, les soldats fascistes coupent les têtes desguérilleros d’El Sordo afin de les ramener au village pour les identifier.Hemingway, à travers le personnage de Karkov, journaliste à la Pravda, exposela situation politique en Espagne, et explique en particulier la positionsoviétique : il s’agit pour Staline d’une prise de pouvoir, pas d’une aideà un régime ami. En témoignent les purges, typiques de la dictaturestalinienne, les fusillades – comme les pratique le camarade André Massart,français communiste au service de Staline. Hemingway montre que la présence dessoviétiques disciplinés à l’extrême ne combat pas que les fascistes mais aussiles ennemis que Staline a fait disparaître d’autres pays de l’Est de l’Europe, etqui appartiennent pourtant au camp républicain : lesanarcho-syndicalistes. Ceux-là sont brièvement vus dans le roman à travers lesyeux d’Andrés, quand il atteint le camp du général Golz : « Iln’aimait pas ces gens qui ressemblaient à des enfants dangereux : sales,grossiers, indisciplinés, bons, affectueux, sots et ignorants, mais toujoursdangereux parce que armés. »

Pour qui sonne le glas paraît en 1940, très peu de temps après la fin de laguerre d’Espagne. C’est un roman qui baigne donc dans la plus brûlanteactualité que les lecteurs de l’époque ont entre les mains. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Ernest Hemingway et la guerre d'Espagne >