Les Hauts de Hurlevent

par

Heathcliff

Heathcliff est un personnage majeur de la littérature anglaise. Il est devenu un archétype, presque un mythe. On ne peut qualifier de héros ce personnage négatif, maléfique, brutal, calculateur, qui semble totalement dénué de tout sentiment humain positif. À la fin du roman, la domestique Nelly Dean pose la question : « est-ce une goule ou un vampire ? » Son caractère implacable, bronzé contre toute empathie et toute bonté, lui donne un côté inhumain. Il est « rude comme un tranchant de scie, dur comme du basalte. » Et pourtant, le lecteur est étrangement attiré par ce personnage, sans doute à cause de la souffrance permanente qui baigne la vie de cet homme, ramassé par Mr. Earnshaw, comme on ramasse un chien errant, dans les rues de Liverpool par un jour d'hiver.

Quand le lecteur le rencontre, il a une quarantaine d'années. « Il a le physique d'un bohémien au teint basané, le vêtement et les manières d'un gentleman […]. Un peu négligé dans sa mise, peut-être, mais cette négligence ne lui messied pas car il se tient droit et que sa tournure est élégante ; l'aspect plutôt morose. » Mais vingt ans plus tôt, qu'on se figure « un homme de grande stature, bien bâti, taillé en athlète ». C'est un homme au visage intelligent, mais « sous ses sourcils baissés et dans ses yeux pleins d'un feu sombre se dissimulait une férocité à demi-sauvage, mais maîtrisée ». Il y a donc une part bestiale en Heathcliff, qui n'est bridée que par la seule volonté de cet homme dur et cruel. Qu'il lâche la bride à sa nature profonde, et malheur à qui s’attirera son courroux.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Heathcliff >

Dissertation à propos de Les Hauts de Hurlevent