La Cafetière et autres contes

par

La Morte amoureuse, 1836

La narrationest à la première personne. Le narrateur-personnage est un prêtre qui sembles’adresser à un autre prêtre. Le récit commence par l’affirmation que cenarrateur-personnage a aimé, passionnément. La suite du récit est une longueanalepse durant laquelle il s’attache à raconter cette histoire d’amour.

Au moment desa cérémonie d’ordination, le jeune religieux, pourtant très pur et pieux,tombe sous le charme d’une jeune femme très belle. Il n’arrive pas à trouver laforce d’arrêter le processus d’ordination, malgré le regard éloquent de lajeune femme, qui l’incite à tout laisser tomber. Il devient donc prêtre, augrand dam de celle-ci, qui s’appelle Clarimonde.

Le jeunehomme est bouleversé, et cherche par tous les moyens à revoir cette Clarimonde.Son ami prêtre, Sérapion, s’étonne de le voir si distrait, et l’incite à rejoindreau plus vite la campagne où il exercera. Là-bas, il coule des jours laborieux,car il doit sans cesse réprimer ses élans de passion.

Une nuit,Clarimonde rend visite au jeune homme. Le lendemain matin, il apprend qu’elleest morte d’épuisement à la fin d’une orgie gigantesque ayant duré plus d’unesemaine. Sérapion  l’avertit en précisantque ce n’est pas la première fois que Clarimonde meurt !

Le jeunehomme, la nuit, rêve de Clarimonde. Il vit à Venise avec elle et fait la fêtetoutes les nuits. Il commence à douter – et nous avec lui – de la réalité de savie de prêtre, et de la fausseté de sa vie de Vénitien.

C’est alorsqu’il découvre que Clarimonde le drogue tous les soirs pour boire ensuite sonsang : elle est un vampire. Sérapion décide de mettre fin à sesagissements et va au cimetière où il trouve sa tombe. Il la déterre et découvreque le corps ne s’est pas décomposé, et qu’il a même des traces de sang autourde la bouche. Il pratique alors une séance d’exorcisme qui réduit le cadavre encendres.

Lenarrateur-personnage clôt le conte en donnant un conseil aux hommes quisouhaitent préserver leur vertu : ne baissez jamais votre garde, car uneminute d’inattention peut gâcher une vie. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La Morte amoureuse, 1836 >