Bouvard et Pécuchet

par

Le Docteur Vaucorbeil

Cet « homme sérieux, à frontconvexe » est sans doute le personnages le plus instruit dans le petitmonde de Chavignolles, du moins jusqu’à l’arrivée de Bouvard et Pécuchet. Cettesupériorité sur les autres s’affiche dans la brusquerie de son ton et lamanière péremptoire dont il assène des sentences définitives.

Cela dit, c’est un praticien qui a fait sespreuves, puisqu’il a bonne réputation. Quand Bouvard et Pécuchet arrivent àChavignolles, il les accueille courtoisement et accepte même de leur donnerquelques conseils et de leur prêter des livres. Il voit leurs tentativesd’études d’un œil amusé, jusqu’à ce que les deux bonshommes se lancent dansl’exercice de la médecine. Cela heurte le Docteur Vaucorbeil à plusieurségards : d’abord, il n’aime pas qu’on pénètre sur son pré carré. Ensuite,ses succès en tant que médecin s’appuient sur une longue pratique et des étudessérieuses, c’est pourquoi il voit en Bouvard et Pécuchet deux dangereuxamateurs. Il manque même se fâcher avec eux et les menace d’un procès. Et ilest furieux quand, par extraordinaire, une expérience des deux compères estcouronnée de succès.

Le Docteur Vaucorbeil est le type du médecinde campagne toujours par monts et par vaux, introduits dans tous les milieux,et à ce titre le mieux informé, avec le curé, des secrets de Chavignolles.Comme l’abbé Jeufroy incarne le dogme de la foi, le Docteur Vaucorbeil incarnele dogme de la science. Il entend que ce dogme ne soit pas remis en cause pardeux hurluberlus certes sympathiques mais qui ne sont que des amateurs.

Le plan de la fin de Bouvard et Pécuchetdonne le dernier mot au Docteur Vaucorbeil ; « c’est plutôt dans unemaison de fous qu’il faudrait les mener. » Telle est son opinion surBouvard et Pécuchet. Et c’est à lui, Vaucorbeil, que le Préfet s’adresse pourtrancher la question d’un éventuel enfermement des deux bonshommes, quitroublent l’ordre public. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Le Docteur Vaucorbeil >