Nouvelles Orientales

par

De la rédemption

Le thème de la rédemption peut êtreretrouvé dans les contes : Notre-Dame-des-Hirondelleset Kâli décapitée.

         Kâli décapitée reprend le mythe de la déesse indienne Kâli. Ayant suscité la jalousie desautres divinités elle est décapitée et jetée hors du ciel. Elle tombe dans legouffre des Enfers où sa tête est rattachée au corps d’une prostituée qui setrouvait là. À présent, la déesse, devenue incomplète, souffre en permanence.Son nouveau corps, « auquel sa têtedivine était jointe, avait la nostalgie des quartiers mal famés, des caressesinterdites ». La déesse se trouve alors incapable de retourner dans sademeure céleste avec le cœur impur qu’est le sien. Malheureuse et renduemalfaisante par son tourment, la déesse représente les hommes sur la voie de larédemption. Sa rencontre avec le Sage étaye ce point de vue. Ce Sage qu’ellerencontre lui fait comprendre qu’elle a toujours été incomplète, même avantd’être affublée de son corps dévergondé ; et qu’aussi bas qu’elle ait putomber, il n’est jamais trop tard et on n’est jamais trop écarté de la voie dela rédemption.

         « Le désir t’a apprisl’inanité du désir, dit-il ; le regret t’enseigne l’inutilité deregretter. Prends patience, ô Erreur dont nous sommes tous une part, ôImparfaite grâce à qui la perfection prend conscience d’elle-même, ô Fureur quin’est pas nécessairement immortelle […]. »

         Dansce récit, le personnage de Kâli est la victime et le tort qu’elle crée, elle lecrée malgré elle. Le chemin vers la rédemption est tout de même moins évidentpour les personnages de Notre-Dame-des-Hirondelles.Ici, les personnages dont il est question sont néfastes par nature plutôt quepar choix. Mais la plus grande différence entre ces Néréides et Kâli vient dufait qu’elles ne recherchent nullement la rédemption.

         Alorsque Kâli s’en remet à la parole du Sage, les Néréides accueillent le prêtre quivient s’installer dans leurs contrées en ennemi. Elles le harcèlent, letourmentent et se moquent de lui. Le prêtre, pour son père, leur livre uneguerre sans merci, car il les considère comme de néfastes démons et non commedes âmes dignes de rédemption. Il finira par les vaincre et les condamnera àune mort certaine. Mais elles parviendront, par la grâce du personnage de Marie,à trouver la rédemption. Ce conte rappelle que la rédemption n’est pasl’apanage des victimes et des justes, mais que tous, même les plus vilsméritent de trouver la paix et le pardon.

Il y a une différence notable entre lesnotions de justice et de rédemption. La justice sociale, la justice des hommes,prononce des sentences dont le but principal est de punir le crime ou la faute,la rédemption étant reléguée au second plan. Toutefois, la rédemptionrecherchée par les personnages de ces contes n’est pas conditionnée par lajustice. La justice n’implique donc pas forcément la rédemption du fautif, tandisque la rédemption, quelle que soit la forme qu’elle prend, sert la justice etla paix. La conclusion de Kâli décapitée etde Notre-Dame-des-Hirondelles est quela rédemption, qu’elle soit le privilège du divin ou le résultat d’un effortpersonnel, est un droit dont chacun devrait être titulaire.

« N’exalte pas, comme les païens, la créature aux dépens du Créateur,mais ne sois pas non plus scandalisé par Son œuvre. Et remercie Dieu dans toncœur, pour avoir créé Diane et Apollon. »

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur De la rédemption >